Promenez votre camescope sur le dos d'une girafe

Go down

Promenez votre camescope sur le dos d'une girafe Empty Promenez votre camescope sur le dos d'une girafe

Post  Valentin Guilmot on 18/7/2008, 15:38

Article provenant de la rubrique Bricolage du magazine Caméra Vidéo & Multimédia
Voici comment se concocter une grue de tournage, appelée girafe, peu onéreuse et capable de supporter un camescope compact et d'en guider l'inclinaison à distance. Relativement légère et partiellement démontable, elle peut même être manipulée par un enfant. Détails de sa fabrication.
    La matière première
    La difficulté est de faire rigide tout en restant léger. Le tube en aluminium de type perche de piscine, bien qu'intéressant par sa longueur (3 à 4 m environ) et son mode télescopique, ne s'avère pas assez résistant. Nous avons opté pour une structure à base de deux règles de 3 m de long chacune (existe aussi en 4 m). Trouvable dans n’importe quel magasin de bricolage (à mois de 20€), cet outil en aluminium à l’avantage d’offrir une section rectangulaire de 10 cm x 1.8 cm, qui dans le sens vertical constitue une flèche de grue très robuste. Vous pouvez acquérir dans le même type de magasin les autres fournitures, à savoir 2 m de fer plat pré-perforé en 4 cm de large et de la tige filetée de 10 mm de diamètre, avec des écrous en quantité. Coupez une règle en deux et fixez les deus moitiés sur l’arrière de l’autre règle. Le but étant d’augmenter la longueur de la grue (un peu plus de 4m), mai aussi de renforcer la partie centrale, qui sera fixée sur un trépied, et la partie arrière qui supportera les contrepoids. Comme les règles sont creuses, il faut y insérer, partout où des perçages et des boulonnages seront réalisés, des planchettes de bois afin que l’assemblage en aluminium ne s’écrase pas.

    Le principe d’articulation
    Avec une partie du fer plat, réalisez un étrier de fixation (en U) de 7 à 8 cm de large (trois fois l’épaisseur d’une règle plus la place pour deux écrous, voir schéma ci-contre). Percez la partie centrale de la grue et fixez-y l’étrier avec un axe horizontal (une partie de la tige filetée ou un écrou). Un trou en bas du U, au centre, assure la fixation sur un support de type trépied disposant d’une tige filetée sur sa partie supérieur. Vissez modérément de façon à ce que l’étrier soit solidement maintenu (écrou auto-serrant ou contre-écrou) mais qu’il puisse cependant tourner librement sur 360°. Réalisez ensuite un autre U beaucoup plus large pour recevoir le caméscope. Coupez une bonne longueur de tige filetée afin de constituer un axe traversant sur la partie supérieur de cet étrier. Percez horizontalement, l’extrémité de la flèche de la grue et passez la tige filetée au travers (elle doit pouvoir tourner facilement), puis l’étrier sur la tige. Centrez celui-ci et boulonnez ses extrémités. Percez un trou centrale au bas du U afin d’y passer une vis au pas standard qui servira à fixer le caméscope (n’oubliez pas de prévoir une dragonne de sécurité). Pour minimisez les vibrations et les petits chocs, collez une fine plaque de mousse ou de caoutchouc à cet endroit. Enfin, sur l’arrière de la grue, ajoutez des contrepoids. Comme sur les grues pros, ceux-ci peuvent être des modèles d’haltérophile, mais un simple sac dans lequel seront glissées des bouteilles d’eau, plus ou moins remplies selon l’équilibre recherché, peut aussi faire l’affaire. La grue dans sa version de base est alors terminée. Durant les inclinaisons de la flèche, par simple gravité, le caméscope, lui, reste toujours droit sur son étrier.
    Le monitoring
    Pour pouvoir cadrer plus confortablement, équipez votre girafe d’un mini écran LCD orientable, placé sur son « dos » à proximité de la poulie opérateur. Puis reliez-le à distance par un simple câble à la sortie vidéo analogique du caméscope.
      Ajout d’un système d’inclinaison
      Il est possible de sophistiquer la bête en lui ajoutant un système d’inclinaison à distance de l’étrier du caméscope. L’objectif est de pouvoir réaliser des plongées et contre-plongées variables tout en manipulant la grue. Pour cela, munissez-vous de deux poulies à gorge d’assez grand diamètre. Ici, nous avons récupéré des roulettes pour vélo d’enfants auxquelles nous avons ôté les pneus. Les gorges étant cependant peu profondes, nous leur avons rajouté par sécurité des joues plus grandes en plastique (de simples embases de spindle pour CD vierges). Montez une des poulies sur l’axe de l’étrier du caméscope, au plus proche du centre. Boulonnez-la fermement de façon à ce qu’elle soit solidaire de l’étrier et l’entraîne dans sa rotation. Quant à la seconde poulie, installez-la en arrière de l’axe du trépied, mais pas tout au bout de la grue non plus. L’opérateur-grutier doit en effet pouvoir guider l’engin d’une main et accéder à cette poulie de l’autre, sans contorsion ni fatigue. Boulonnez la poulie sur un axe horizontal traversant les deux épaisseurs de règles (insérer une cale pour éviter l’écrasement). L’axe et la poulie doivent tourner librement.

      Gestion à distance des inclinaisons
      Procurez-vous deux longueurs de 4 à 5 m de cordelette en nylon pré-étiré. Choisissez si possible des couleurs différentes (ici, blanche et verte). Cela permet de repérer d’un seul coup d’œil la cordelette « montante » et la « descendante ». Sur chaque poulie, percez ensuite dans la joue, au creux de la gorge, deux trous diamétralement opposés. Ils serviront à faire passer les extrémités des deux cordelettes après leur avoir fait faire un tour complet autour de la poulie. Un simple nœud les empêchera de s’échapper. Prenez aussi bien soin d’inverser le sens d’enroulement de chaque cordelette afin que l’une puisse tirer la poulie par en haut, et l’autre par en bas. Puis, ramenez les deux longueurs de cordelettes jusqu’à la seconde poulie, et répéter-y l’opération, en prenant garde là aussi que les sens de tire soient opposés. Pour une bonne prise en main de la poulie « opérateur », ajoutez-y une poignée assez longue et ergonomique. Ici, nous avons utilisé le restant de fer plat et une rondelle en bois. Le système est désormais capable de fonctionner. Toutefois, on constate qu’étant donné la distance entre les deux poulies, les cordelettes ont tendance à se détendre et à pendre alternativement lorsqu’on tourne la poignée. Lors d’un mouvement d’inclinaison complet d’avant en arrière, il en résulte un certain effet de « trou » au moment du passage de l’étrier en position neutre verticale, dû au temps nécessaire à la cordelette pour se retendre. Pour pallier à ce problème et gagner en fluidité, il suffit d’intercaler à environ la moitié de la flèche un système de tendeur constitué d’une petite poulie sur laquelle on enroule les deux cordelettes. Cela aura pour effet de limiter leur débattement. Voilà, il ne vous reste plus qu’a filmer !


Promenez votre camescope sur le dos d'une girafe Commen11


Valentin Guilmot

Number of posts : 370
Age : 27
Registration date : 2008-05-02

http://www.realeyesfilms.com

Back to top Go down

Back to top

- Similar topics

 
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum